Vous êtes hors ligne

En attente de reconnexion

Comment attirer les Millennials dans votre entreprise en 2020

Les Millennials, membres redoutés de la Génération Y : qui sont-ils ? Cette génération recouvre les personnes nées entre 1980 et 2000. Aujourd’hui âgés de 20 à 39 ans, ils représenteraient 50 % de la population active de la planète, selon l’Insee. Les plus jeunes d’entre eux arrivent à peine sur le marché du travail.
Jam, un média en conversation quotidienne avec les 15-25 ans, a interrogé 3000 d'entre eux à propos de leurs aspirations professionnelles. Résultat, un constat alarmant : plus de la moitié (56%) des interrogés considèrent qu’ils abandonnent leur liberté, leur santé mentale ou leur créativité quand ils travaillent. 1 répondant sur 2 décrit même avoir déjà été au bord du burn out.

Image à la Une de l'article: Comment attirer les Millennials dans votre entreprise en 2020

Comment convaincre ces jeunes en quête de bien-être personnel de rejoindre vos rangs ?


Proposer des missions passionnantes

Cela a été dit, redit et répété : les Millennials ont besoin de s'épanouir au travail. Incapables de rester en place, ils aiment lorsque les tâches qui leurs sont assignées sont diversifiées et stimulantes.

"80% des jeunes déjà entrés sur le marché du travail optent pour un « job passionnant » plutôt qu'un « max d'argent », s'ils ont à choisir. Ils veulent se sentir utiles, et en progression continue sur une trajectoire".

Le travail est désormais considéré comme un lieu d'épanouissement personnel, où l'on souhaite se sentir responsabilisé. Dites adieu aux stages photocopieuse-café et au cloisonnement des tâches, les jeunes ont besoin d'avoir un réel impact sur le business d'une entreprise.

Accompagner, former et intégrer les profils juniors

Autre problème soulevé par les jeunes : un fossé énorme entre l'école et le monde professionnel. L'un d'eux témoigne "Le système éducatif est assez théorique et d'un coup, on nous demande de savoir travailler en équipe avec des gens qui n'ont pas du tout notre âge, d'être autonome sur des projets énormes ou d'être spécialiste d'un sujet particulier".

C'est au cours de leurs premières expériences professionnelles que les jeunes vont pouvoir se former, développer des compétences techniques, hors des bancs des écoles. Les Millennials ont besoin d'apprendre au quotidien au sein de leur entreprise. Un quart d'entre eux cite le fait d'apprendre comme motivation principale à aller travailler le matin. Ils attendent en grande majorité que cet apprentissage soit réalisé par leur employeur. Un outil particulièrement cité : le Mentoring. Il s'agit d'un bon moyen d'aider les jeunes à se former et à s'intégrer dans l'entreprise, grâce à leur accompagnement par des employés plus anciens. Le bien-être au travail des Millennials passe donc aussi par l'entraide ! 1 jeune sur 3 choisit d'ailleurs le mot Bienveillance pour décrire son cadre de travail idéal.

Offrir un salaire cohérent, juste et respectueux du travail fourni

Ce n'est pas pour autant que le salaire est un critère laissé de côté. C'est une question de réciprocité : les Millennials veulent un job qui leur apporte autant qu'ils lui apportent. Le travail doit résonner avec leurs passions mais également leur procurer une vie stable et confortable.

Avoir des valeurs sociales et environnementales fortes (garanties sans green washing)

92% des jeunes veulent travailler pour une entreprise en accord avec leurs valeurs. Parmi celles-ci : l'engagement social et environnemental de l'employeur. L'environnement est le chantier d'action prioritaire selon les 15-25 ans: 29% d'entre eux considèrent que c'est aux entreprises d'agir en premier sur ce domaine.

Ce n'est pas un engagement à prendre à la légère puisque 80% des 15-25 ans se renseignent sur les valeurs et la culture de l'entreprise avant de candidater.

Gare au green washing ! Il est nécessaire de mettre en place des actions concrètes, et sur ce sujet les Millennials ne sont jamais à court d'idées. Parmi leurs propositions : des partenariats avec des associations, des méthodes de production et des produits plus éthiques, une juste rémunération des partenaires, du mécénat de compétences…

(Bonne nouvelle) Ce n'est pas la taille qui compte !

Peu importe la taille de votre structure : que vous soyiez une PME, TPE ou une startup avec de petits moyens, sachez que 80% des jeunes aspirent à travailler ailleurs que dans des grands groupes. Ces derniers ne séduisent plus: les Millennials dénoncent notamment le manque de reconnaissance et le fonctionnement "oldschool" des grandes entreprises. Par ailleurs, 75% des 15-25 ans considèrent que les grandes entreprises ne s'engagent pas en termes de RSE.

Les plus petites structures quant à elles permettent de développer des compétences rapidement, d'être au coeur du projet et d'avoir un réel impact sur le business.

Et surtout : donnez-leur une chance

La Génération Y connaît la crise de l'emploi, et pour cause : 75% annoncent galérer à trouver un emploi. L'un d'entre eux témoigne : "Par pitié, arrêtez de demander tel ou tel niveau de bac+56".

Il est vrai que les recruteurs français accordent énormément (trop ?) d'importance aux diplômes - que celui qui n'a jamais vu passer une annonce de stage à peine rémunéré qui requiert un "Top 10 grandes écoles" nous jette la première pierre. Le journaliste britannique Peter Gumbel dans son livre "Elite Academy" disait d'ailleurs "Nulle part ailleurs dans le monde la question de savoir où vous avez fait vos études ne détermine si profondément votre carrière".

Pourtant les entreprises ont tout à gagner à choisir des profils atypiques, "hybrides", et à fonder leurs critères de recrutement sur la compétence, la motivation et la personnalité du candidat. L'école 42 fondée par Xavier Niel nous le prouve d'ailleurs, fabricant des centaines de "génie du développement logiciel" (selon ses mots), sans condition de diplôme.

Envie d'en découvrir plus sur La Relève ? N'hésitez pas à nous contacter !

Nous contacter

Insee, 2018, Population active - Tableaux de l'économie française. JAM Trends, 2020, Qu'est-ce que l'entreprise a (encore) à offrir aux jeunes ? Peter Gumbel, 2013, Elite academy : Enquête sur la France malade de ses grandes écoles.

🚀 Partager l'article :