Vous êtes hors ligne

En attente de reconnexion

Créateur de Chatbot - Les métiers du futur #4

De quoi sera fait demain ? C’est peut-être la question que l’on se pose le plus quand on entre dans le monde du travail. Ce dernier est en pleine mutation, au rythme des évolutions technologiques, des crises, des changements sociétaux. Les métiers évoluent, c’est pourquoi chez La Relève nous sommes partis à la rencontre de ceux qui exercent déjà les métiers de demain : des scientifiques, des créateurs, des sportifs… Bienvenue dans un nouvel épisode des Métiers du Futur.

Nous avons rencontré Emilien Nizon, créateur de chatbot - ces petits assistants virtuels qui ont pris de plus en plus de place dans nos vies.

Image à la Une de l'article: Créateur de Chatbot - Les métiers du futur #4

Pouvez-vous vous présenter ? Qui êtes vous, quel est votre parcours ?

Je travaille dans le digital … depuis toujours ! Tout à commencé à l'adolescence avec un site personnel thématique. Le trafic, qui est monté jusqu'à 2000 visiteurs/jour, m'a permis de générer mes premiers revenus, tout de suite ré-investis dans un ordinateur personnel. S'en sont suivies des études en école de commerce, des stages dans le digital et un premier CDI signé chez Deezer, en tant que Product manager. Quelques années plus tard, j'ai rejoint Veepee (ex. vente-privée), puis Evaneos. J'ai alors décidé de me lancer à mon compte en tant que consultant, intervenant en écoles de commerce, et ai plus récemment co-fondé Les petits bots, une plateforme de création de chatbots (incluant Le petit martin, chatbot RH et La petite marianne, chatbot CivicTech).

Quel est votre métier actuel et quelle est sa particularité ?

Aujourd'hui, pour faire simple, je crée des chatbots ! Ces petits robots qui répondent instantanément aux questions de leurs utilisateurs. Le domaine est assez récent et tout reste à imaginer, tant d'un point de vue technologique que expérientiel. En tant que Product Manager, je m'efforce de proposer des interfaces simples d'utilisation. La technologie cachée derrière la fenêtre de discussion ne doit pas effrayer les utilisateurs, au contraire !

Comment avez-vous connu ce métier et comment avez-vous pris conscience que c'était le métier que vous vouliez faire ?

Comme beaucoup, j'ai imaginé créer mon premier chatbot en 2016, suite à l'annonce de Mark Zuckerberg (Facebook), qui souhaitait démocratiser cette technologie, en la rendant accessible à tous. Ma première création s'appelle Ed, un chatbot éducatif, dédié à mes étudiants. Ils peuvent obtenir des explications sur des concepts que je présente, consulter les sources pour aller plus loin, et même jouer à un quizz pour évaluer leurs connaissances ! A ce jour, plus de 200 000 messages ont été échangés avec Ed par 3 500 étudiants internationaux.

A quoi ressemble une journée type dans votre métier ?

La journée type n'existe pas. Il faut sans cesse s'adapter aux clients et ne pas hésiter à changer de stratégie en fonction du marché. Je pense que c'est le propre d'une start up, en particulier dans un domaine aussi nouveau, de se ré-inventer en fonction de son environnement.

Pensez-vous que ce métier dit "du futur" a de beaux jours devant lui ? Si oui, pour quelles raisons ?

Certainement ! Le chatbot n'a commencé à se démocratiser réellement qu'en 2016 et il est de plus en plus utilisé à travers le monde. Pensez à l'infinité d'applications possibles : le fantasme du robot assistant est vieux comme le monde, mais il devient aujourd'hui une réalité. A travers nos chatbots, nous permettons aux organisations (qu'elles soient publiques ou privées) de dégager énormément de temps, et ainsi pouvoir se concentrer sur des projets à plus haute valeur ajoutée. Je pense que c'est un bénéfice dont rêvent beaucoup de personnes, et nous explorons en ce moment-même de nouvelles verticales.

Est-ce que vous faites souvent face à des préjugés ou des clichés sur votre métier ?

Les chatbots souffrent malheureusement souvent de préjugés, en effet. Qui n'a pas déjà utilisé un chatbot incapable de comprendre le moindre message ? Il faut se battre contre ces expériences qui heurtent l'image de l'industrie. Non, tous les chatbots ne sont pas incompétents. Un utilisateur déçu d'une expérience chatbot est un utilisateur qui n'interagira probablement plus avec cette technologie, dans le futur. En tant que créateurs de chatbots, nous nous devons de créer des expériences satisfaisantes; Chez Les petits bots, en moyenne 91% des questions posées sont comprises et, 100% de nos clients ont renouvelé leurs contrats en 2021 !

Si vous deviez donner un conseil aux étudiants qui veulent faire ce métier, lequel ce serait ?

Pour travailler dans cette industrie, rien ne vaut un peu d'expérience alors lancez-vous ! Il est devenu facile de créer un chatbot (à l'intelligence limitée) grâce à Chatfuel par exemple. C'est un excellent moyen de comprendre le fonctionnement de cette technologie, ses points forts comme ses faiblesses. C'est une industrie en pleine croissance, promettant de nombreuses perspectives. D'ailleurs, nous recrutons régulièrement chez Les petits bots, alors n'hésitez pas à me contacter !


Si vous cherchez le stage, l'alternance ou le job de vos rêves, n'hésitez pas à consulter nos offres !

Suivez La Relève sur Facebook, LinkedIn, Instagram et abonnez-vous à notre Newsletter pour ne rien rater.

🚀 Partager l'article :