Vous êtes hors ligne

En attente de reconnexion

Entretien : apprenez à maîtriser vos émotions et votre langage non-verbal

Le mardi 2 décembre a eu lieu le tout premier Webinar organisé par La Relève. Nous recevions Caroline, cofondatrice de Cléone - une plateforme de formation pour développer ses soft skills. Caroline nous a donné des conseils pour apprendre à être moins stressé avant un entretien, à mieux gérer nos émotions, mais aussi à convaincre notre recruteur grâce à notre langage non-verbal !

Pour tous ceux qui se sentent plus à l’aise au téléphone qu’en tête-à-tête, ceux qui ont la voix chevrote, ceux qui rougissent, ceux qui se replient sur eux-mêmes dans la salle d’attente, qui ont des pensées négatives : ces conseils vont vous aider.

Image à la Une de l'article: Entretien : apprenez à maîtriser vos émotions et votre langage non-verbal

Comment maîtriser ses émotions avant un entretien ?

Rappelons d'abord qu'avant un entretien, il est complètement normal d'avoir chaud, d'avoir le cœur qui palpite, d'être stressé. Tout le monde est au moins un petit peu stressé avant un entretien. Le problème c'est lorsque le stress se voit, lorsque que votre corps trahit votre émotivité. Votre stress peut être un réel frein pour un recruteur, qui choisira souvent la sécurité d'un profil confiant et sûr de lui. Pour mieux gérer vos émotions et arriver à votre entretien détendu, vous pouvez travailler sur trois choses.

1. Adopter les bonnes techniques de respiration

Souvent le stress peut être maîtrisé facilement : en respirant. Les techniques de respiration sont utilisées depuis toujours au théâtre chez les acteurs, ou pour se détendre dans la pratique du yoga ou de la méditation.

Apprenez d'abord la respiration ventrale : c'est la meilleure possible pour se détendre. Pour cela, gonflez votre ventre à l'inspiration et videz-le à l'expiration (attention à ne pas faire l'inverse - ça arrive !). Pendant que vous respirez par le ventre, veillez à ce que le reste de votre corps ne bouge pas. Ni vos épaules, ni votre torse ne bougent, seul le ventre est sollicité. Respirer par le ventre va notamment vous permettre d'affirmer et de bien placer votre voix. En effet, si elle a tendance à changer quand vous êtes stressés, c'est parce que vous respirez mal et que vous êtes en apnée.

Une fois cette technique maîtrisée, vous pourrez pratiquer ce que Caroline appelle la respiration anti-panique. Cette technique permet de ralentir votre rythme cardiaque et agit donc directement sur votre stress. Elle vous permet de bien travailler votre expiration, qui est essentielle pour ralentir et se détendre. Pour cela, inspirez 3 secondes, bloquez pendant 4 secondes et expirez sur 5 secondes. Vous pouvez répéter ce processus pendant 2 à 5 minutes. Attention à ne pas tester cette technique pour la première fois quelques minutes avant votre entretien. Les premières sensations peuvent être désagréables, donner une sensation d'apnée ou d'étourdissement. Apprenez d'abord à maîtriser cette technique, idéalement allongé avant de s'endormir.

2. Travailler sa posture

Il a été prouvé scientifiquement que notre posture a un impact direct sur notre état émotionnel, en jouant sur notre taux de cortisol (hormone du stress) et la testostérone.

Par conséquent, quand on se tient en posture de pouvoir (extension du corps, bien ancré dans le sol), on réduit notre taux de stress. A l'inverse, quand on se tient en posture fermée (jambes et bras fermés, regard vers le bas), cela peut augmenter jusqu'à 15 ou 20% notre taux de cortisol.

Evidemment, n'arrivez pas chez votre futur employeur avec les bras levés en posture de la victoire. Plus subtilement, par exemple dans la salle d'attente, vous pouvez soigner votre manière d'être. Pensez à bien mettre vos deux jambes au sol sans les croiser, détendez vos bras le long de vos jambes et levez le regard au lieu de regarder votre téléphone. Ce genre de postures ouvertes vous feront arriver en entretien moins stressé tout en vous permettant de vous ancrer et vous familiariser avec votre espace.

3. Contrôler ses pensées

Nos pensées, elles aussi, ont un impact sur notre état émotionnel. Qui n'a jamais été en colère en repensant à un ancien problème, ou eu peur d'avoir peur ? Il est normal d'avoir des pensées négatives, surtout avant un entretien ("je ne sais pas si je suis à la hauteur", "est-ce que j'ai assez préparé ?"...). Le problème, c'est de les entretenir, car cela nous fait entrer dans un cercle vicieux qui entretient notre état émotionnel.

Commencez par prendre conscience de votre manière de penser. Repérez à quel point vous êtes en boucle sur certaines pensées négatives. Une fois cette prise de conscience faite, vous pouvez trouver une alternative. Par exemple, concentrez-vous sur le moment présent, sur ce que vous êtes en train de faire. Dès que votre esprit repart dans l'imaginaire et les pensées négatives, forcez vous à revenir au présent. Les techniques de respiration mentionnées plus haut vous aideront notamment à vous concentrer sur l'instant présent. Une autre méthode consiste à écrire toutes les raisons rationnelles et objectives qui font que votre entretien devrait bien se passer. Cela empêche vos pensées d'être dans le subjectif et la peur. Dès que vous aurez une pensée négative dans les jours ou heures qui précèdent l'entretien, vous pourrez relire vos notes.

Bien entendu ces conseils sont les bons pour vous si vous vous les appropriez. Chacun est différent. Pour certains il va être plus facile et bénéfice de travailler leur posture, pour d'autres ce seront les techniques de respiration. Il n'y a pas de méthode unique !

« femme

Comment convaincre son recruteur grâce au langage non-verbal ?

"Ce que vous êtes résonne tellement fort à mes oreilles que je n'entends pas ce que vous dites.", a dit Ralph Waldo Emerson. En effet, pour faire bonne impression, il ne faut pas seulement surveiller ce que vous dites mais aussi (et surtout) ce que vous êtes.

Lorsque vous êtes face à un interlocuteur, notamment un recruteur, ce qu'il reçoit en premier comme information sur vous, c'est votre langage non-verbal : votre manière d'être et de parler. Le langage non-verbal joue un rôle implicite et non moins primordial. Le problème encore une fois c'est que lorsqu'on est stressé, notre corps nous trahit : on se gratte, on a la voix qui change, on transpire. Voici nos conseils pour agir sur votre voix et sur votre corps.

En adoptant une voix naturelle

Quand on est stressé, on rencontre souvent deux problèmes avec notre voix : parler trop vite et parler de façon trop monotone ou trop "récitée".

Si l'on parle vite, c'est parce que la perception du temps qui passe entre celui qui parle et celui qui écoute est différente. On va donc avoir le sentiment de parler normalement alors que notre interlocuteur entendra un débit de paroles bien trop rapide. Pour éviter cette situation, calez votre voix sur une perception lente, forcez-vous à ralentir même si vous avez l'impression d'aller trop lentement, car votre interlocuteur vous entendra tout à fait normalement.

Pour que votre voix et vos propos paraissent plus naturels et non récités, évitez d'apprendre par cœur votre pitch. A la place, apprenez des mots clés et entraînez-vous à improviser autour de ceux-ci.

En travaillant sur notre corps

Pendant votre entretien il y a quatre éléments de votre corps à bien maîtriser pour faire bonne impression :

  • Comment vous vous tenez sur votre chaise : asseyez-vous sur le devant de votre chaise et ancrez vos jambes dans le sol sans les croiser (même si c'est tendance, cela bloque la respiration).
  • Vos gestes : un corps à l'aise est un corps mouvant. Faites des gestes pour accompagner vos propos. On a souvent l'impression de ne pas savoir quoi faire de ses bras ou d'être figé. Dans ce cas, commencez par faire un petit geste facile et petit à petit ça va venir naturellement : "fake it until you make it" !
  • Votre regard : regardez votre interlocuteur dans les yeux. Cela vous rend plus confiant et vous permet au passage de mieux sonder ce que le recruteur ressent et de vous adapter. Si soutenir un regard est trop difficile pour vous, vous pouvez faire semblant en regardant entre les sourcils par exemple : on vous promet qu'on ne voit pas la différence.
  • Votre sourire : le recruteur a déjà lu votre CV, il cherche à voir vos qualités humaines et à savoir si c'est agréable de travailler avec vous, alors souriez. Avec le stress on peut avoir tendance à se figer. Si c'est votre cas, avant d'entrer dans le bâtiment faites des grimaces pour détendre les muscles de votre visage.

Si malgré tout vous n'arrivez pas à contrôler votre stress et que vos émotions prennent le dessus : pas de panique ! Prenez le avec dérision et rigolez-en. Rappelez-vous : plus on se focalise sur son stress, plus on stresse. Gardez à l'esprit qu'en entretien, vous êtes là pour montrer qui vous êtes mais également pour choisir avec qui vous avez envie de travailler.

Si vous cherchez le stage, l'alternance ou le job de vos rêves, n'hésitez pas à consulter nos offres !

Suivez La Relève sur Facebook, LinkedIn, Instagram et abonnez-vous à notre Newsletter pour ne rien rater.

🚀 Partager l'article :