Vous êtes hors ligne

En attente de reconnexion

Etudiants reconfinés - comment gérer vos émotions

2020 n’était clairement pas l’année rêvée pour être étudiant·e. Entre les cours à distance, les événements annulés, les stages reportés, le télétravail… il y a de quoi se sentir légèrement dépassé·e et démotivé·e. C’est totalement normal !

Alors que le premier confinement nous avait plutôt plongé dans un état d’anxiété et d’impatience, ce “re”confinement aurait plutôt tendance à provoquer une certaine lassitude, une déprime. Cette nouvelle période d’incertitude peut créer des montagne-russes émotionnelles : on devient plus irritable, ou alors complètement euphorique, on perd en motivation, on se laisse envahir par les annonces des journaux ou des rumeurs de ceux qui connaissent quelqu’un qui connaît quelqu’un…

Alors pour traverser ce confinement partie 2 : le retour, voici quelques conseils pour gérer vos émotions.

Image à la Une de l'article: Etudiants reconfinés - comment gérer vos émotions

Dites-vous que c'est OK de ressentir des émotions négatives

Pendant le premier confinement on a vu fleurir partout sur internet des conseils soit disant miracles pour avoir un mode de vie "healthy" en confinement, être productif, organisé et heureux. Les réseaux sociaux ont encore une fois rempli leur job : nous faire culpabiliser.

De notre côté on vous conseille plutôt ceci : acceptez d'être en colère, triste, anxieux, démotivé, fatigué ou toute autre émotion peu agréable qui vous traverserait. Après avoir gardé l'espoir d'un retour à la normale, après avoir respecté les gestes barrières et la distanciation sociale… il est légitime de ressentir des émotions négatives à l'annonce d'un second confinement.

Aspirer à être heureux en plein confinement, cela ne sert qu'à provoquer l'effet inverse : ne vous est-il jamais arrivé d'être en colère d'être en colère, d'être anxieux à l'idée de ne pas réussir à calmer votre anxiété ? Les émotions pénibles ne peuvent pas se supprimer comme par magie. Elles sont d'ailleurs bénéfiques pour vous ! La peur nous pousse à faire plus attention, la tristesse nous encourage à resserrer les liens sociaux et la colère a des vertus énergisantes.

Reconnaissez ces pensées, faites leur une place, mais gardez en tête qu'elles ne vous définissent pas. Ce n'est pas parce que vous êtes démotivés que vous devez abandonner vos efforts dans le travail. Avoir des pensées négatives ne doit pas vous conditionner à avoir une attitude négative.

Eloignez-vous du flot d'informations

S'il est important de rester informé sur la situation, bien s'informer ne signifie pas trop s'informer. Inutile de sauter sur les dernières notifications à peine réveillé, cela ne sert qu'à vous créer du stress. Consultez certains médias (sûrs) avec modération, en balayant du bras (et en évitant de relayer) toutes les fake news issues des réseaux sociaux ou de votre oncle Michel dont le collègue est un proche collaborateur d'un mec haut placé qui sait tout.

Supprimez toutes les sources d'information anxiogènes : de la chaîne d'information en continue à cette inconnue qui partage son confinement "parfait" sur Instagram.

N'hésitez pas à solliciter vos cercles du soutien

Sans pour autant organiser un apéro-zoom tous les soirs, il est important de garder un lien avec vos amis et votre famille. Vous pouvez vous fixer chaque jour quelques moments consacrés à ces échanges. Téléphonez notamment aux personnes que vous savez isolées et qui pourraient avoir besoin d'aide.

Si vous vous sentez isolés et ne savez pas vers qui vous tourner, vous pouvez toujours intégrer des groupes de soutien locaux ou de discussion en ligne. Le site soutien-etudiant.info regroupe notamment tous les contacts des services de soutien psychologique destinés aux étudiant·e·s dans chaque académie et les services d'écoute disponibles dans toute la France.

Créez vos propres rituels

Le cerveau apprécie la routine, alors essayez de suivre un petit rituel tous les jours, en vous levant à heure fixe, en vous levant et vous habillant, en mangeant aux mêmes horaires que d'habitude… Si votre espace de vie le permet, essayez d'aménager un espace dédié au travail pour suivre vos cours en ligne ou télétravailler, pour vous éviter de passer la journée au lit.

Parmi vos rituels, vous pouvez intégrer des activités physiques à domiciles, notamment grâce aux cours en ligne proposés souvent par les associations étudiantes. On ne le rappelle jamais assez : faites des pauses, souvent.

Que vous soyiez en période de révision ou en stage, prévoyez quoi qu'il arrive une demi-journée complète consacrée au repos.

Utilisez quelques techniques simples pour gérer votre stress

Encore une fois, il est normal que cette situation provoque du stress chez vous. Le conseil ultime pour s'apaiser : c'est dormir. Dormir est essentiel pour que vous restiez en forme, pour laisser à votre cerveau le temps de se régénérer, et pour que vous gardiez le rythme.

Face aux situations de stress, vous pouvez également écrire vos pensées et vos ressentis. Si vous écrivez lorsque vous vous ressentez une émotion pénible, vous pourrez petit à petit comprendre ce qui la provoque en particulier et cela vous permettra de la gérer plus facilement.

Enfin, vous pouvez utilisez des techniques de relaxation, respiration et méditation pour mieux gérer votre stress.

🚀 Partager l'article :