Vous êtes hors ligne

En attente de reconnexion

Les femmes et l'entrepreneuriat

Dimanche 8 mars aura lieu la Journée Internationale des Droits des Femmes. L’occasion de revenir sur les victoires et les acquis, mais aussi sur les combats à mener pour l’égalité hommes-femmes. Pour nous c’est surtout l’occasion de parler de la place des femmes dans l’entrepreneuriat français. Chaque année, elles sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans l’aventure. Certaines font figure d’exemple : on pense à Lucie Basch avec Too Good To Go, Laure Cohen avec Certideal, Isabelle Mashola avec Isahit, ou encore Marjolaine Grodin avec Jam...

Mais quel est vraiment l’état actuel de la création d’entreprise féminine ? “Où sont les femmes” dans les startups ?

Image à la Une de l'article: Les femmes et l'entrepreneuriat

Le 5 février dernier, Chiara Corazza, directrice du Women's forum, a remis au ministère de l'économie et des Finances un rapport intitulé « Les femmes au cœur de l'économie ». Il révèle une sous-représentation des femmes à la tête des startups, tout comme un écart assez alarmant entre les hommes et les femmes concernant le financement de leur projet.

Pour faire plus simple, on a décidé de vous résumer les chiffres clés dans une Infographie.


infographie femmes et entrepreneuriat

Alors comment combler les écarts ? Comment encourager l'entrepreneuriat féminin?


Combattre les stéréotypes et le syndrome de l'imposteur

Pour encourager l'entrepreneuriat féminin il faut prendre problème à la source. Bien que la France soit pionnière en matière de parité, les stéréotypes de genre persistent et sont véhiculés quotidiennement dans la société. Ils vont notamment influencer les choix d'orientation des jeunes filles, en les détournant des filières telles que l'ingénierie et l'informatique. En France, le nombre de femmes diplômées des domaines de la Tech a diminué de 6% entre 2013 et 2017.

Conséquences sur l'entrepreneuriat : la Tech reste un domaine très largement masculin. Les nouvelles technologies - et en particulier celles liées à l'intelligence artificielle - sont pourtant un domaine d'avenir. Il est donc primordial que les femmes y participent afin d'être impliquées dans la révolution numérique qui est en cours. Pour cela des formations techniques telles que "Hackeuses" par Simplon ou la Ada Tech School ont été mises en place.

Au-delà des barrières techniques existent également des freins psychologiques. Lorsqu'il s'agit d'ambition professionnelle, le syndrome de l'imposteur n'est jamais bien loin. Beaucoup de femmes doutent de leurs capacité à entreprendre, et plus généralement de leur capacité à réussir professionnellement. La clé réside ici dans la confiance en soi.

L'accompagnement et l'entraide : bien s'entourer c'est la clé !

Alors comment avoir confiance en soi et se lancer ? Alice Lauriot dit Prevost, co-fondatrice de la plateforme de financement participatif Tudigo nous a répondu:

"surtout ne pas rester seule".

Le meilleur moyen de décomplexer et de gagner en confiance en soi c'est d'échanger. Selon Alice, l'entrepreneuriat féminin est un écosystème où la solidarité a une place centrale ! Il ne faut donc pas hésiter à se faire accompagner, aider, et rejoindre des réseaux. Voici quelques exemples :

  • Les Premières : réseau d'incubateurs régionaux en France métropolitaine et dans les DOM TOM, qui accompagnent les femmes et les équipes mixtes dans la création et le développement de leurs entreprises innovantes.
  • Force Femme : association reconnue d'intérêt général qui accompagne gratuitement les femmes de plus de 45 ans sans emploi dans leurs démarches de retour à l'emploi ou de création d'entreprise.
  • Action'elles : réseau national qui accompagne les femmes de l'idée au développement de leur entreprise grâce à des parcours de formation, des ateliers pratiques, des entretiens avec des experts et un suivi trimestriel personnalisé.
  • Girls in Web : association française dont l'objectif principal est la promotion et la valorisation des femmes dans le numérique et les nouvelles technologies, via la diffusion de contenu et d'interviews, mais aussi l'organisation d'évènements sur le thème du numérique.

Il existe également de nombreuses ressources qui permettent de s'inspirer, de découvrir les histoires d'autres femmes entrepreneures et de recevoir les bons conseils. On vous recommande notamment le webmagazine Business O Féminin. De nombreux podcasts très inspirants peuvent également vous aider, on vous en parlait récemment dans un précédent article.

Se tourner vers les financements et aides financières qui supportent les femmes

Un fait avéré : les femmes sont beaucoup moins bien financées que les hommes. C'est pourquoi certains fonds d'investissement se sont donnés pour mission de rétablir l'équilibre entre les deux sexes. Le collectif Sista (qui dénonçait en 2018 les inégalités d'accès des femmes aux levées de fonds) et le Conseil national du numérique ont publié fin 2019 une charte de bonnes pratiques à destination des fonds d'investissement. L'objectif : 50% de startups financées doivent être fondées ou co-fondées par des femmes d'ici à 2050. Au total, 56 fonds se sont engagés.

Il existe également des aides financières spécialement conçues pour les femmes. Plusieurs fonds de garantie permettent de faciliter l'obtention de prêts bancaires pour les femmes qui créent, reprennent ou développent une entreprise. Certains prêts sans garantie, bourses et prix sont également accordés aux femmes entrepreneures.

Le monde entrepreneurial est en train de changer : il est grand temps de se lancer !


Chiara Corazza (2020), Rapport "Les femmes au coeur de l'économie". Insee (2019), L'entrepreneuriat au féminin rime avec jeunesse, qualification et services. Microsoft (2017), Closing the STEM Gap

🚀 Partager l'article :