Vous êtes hors ligne

En attente de reconnexion

Rencontre avec Antoine, Business Developer chez Happydemics

Rencontre avec Antoine, Business Developer chez Happydemics

Après un BTS en commerce international, Antoine a intégré Neoma Business School en 2012. Au cours de son parcours étudiant, il a la chance d’effectuer plusieurs stages significatifs. Tout d’abord un stage de 6 mois chez L’Oréal en tant que Business Analyst suivi d’une expérience de 6 mois en tant que Chef de Secteur chez Unilever. Pourquoi ces choix de stages ? « J’avais envie de connaitre le fonctionnement de grands groupes, d’en comprendre les rouages, même si je savais déjà que j’étais attiré par des structures plus souples et dynamiques ». En effet, en plus de ses stages, Antoine est président de la Junior-Entreprise de son école, ce qui va lui donner le gout de d’entreprendre et motiver son choix de spécialisation en entrepreneuriat en dernière année.

A la fin de ses études, Antoine se dirige donc vers un premier CDI en startup. Il commence par un poste de business developer dans une première structure mais n’y restera que 3 mois car le fit ne se fait pas pour plusieurs raisons (secteur, missions, raisons économiques). C’est après cette expérience qu’Antoine est mis en relation avec Happydemics par l’intermédiaire de La Relève. Après des entretiens réussis, il intègre la startup en Mai 2017 en tant que business developer.

Antoine, peux-tu nous présenter Happydemics en quelques mots ?

Happydemics, c’est une startup qui a développé un outil mobile de sondage. Nous travaillons pour des grands groupes, des marques qui souhaitent interroger des consommateurs ciblés sur divers sujets : notoriété, image, motivation & freins à la consommation ou encore raisons de non-achat par exemple. Nous avons la capacité d’interroger des milliers de consommateurs en quelques jours seulement grâce au mobile.

Aujourd’hui, nous sommes 15 dans l’équipe mais quand je suis arrivé en Mai, j’étais dans les premiers salariés ! J’ai travaillé en collaboration directe avec les cofondateurs et j’ai pu voir l’entreprise évoluer en seulement quelques mois, c’est très enrichissant !

Business developer chez Happydemics, ça veut dire quoi ?

J’ai eu la chance d’arriver au tout début, donc je suis parti de « zéro ». J’ai donc commencé par faire beaucoup de « chasse ». Et ce, d’autant plus que nous avons un très grand vivier de prospection. En effet, quasiment toutes les marques BtoC peuvent potentiellement être nos clientes car elles ont toutes besoin d’obtenir des insights de la part des consommateurs pour pouvoir adapter leurs offres.

De manière générale voici la façon dont je procède. J’identifie les bons interlocuteurs des marques prospects, principalement grâce à LinkedIn. Je contacte ces personnes par mail ou téléphone pour décrocher un rendez-vous. Je les rencontre ensuite pour leur présenter notre outil, mettre en place une première étude avec eux elles et enfin assurer le suivi afin d’entretenir une bonne relation commerciale ! Depuis mon arrivée en Mai, j’ai ainsi pu rencontrer plus de 100 marques différentes et signer une quinzaine de contrats.

Il faut aussi savoir être patient et persévérant pour prospecter. Les interlocuteurs que je contacte sont souvent difficiles à joindre. Mais quand je décroche un beau rendez-vous, c’est extrêmement gratifiant ! Ce qui est certain, c’est qu’on ne s’ennuie pas. Il y a toujours des nouveaux clients à aller chercher ! Enfin, la partie prospection est importante au début mais la partie gestion de portefeuille prend ensuite de plus en plus d’importance et les deux aspects s’équilibrent.

Le poste de commercial est valorisant car tu es en première ligne, tu es l’intermédiaire entre ton entreprise et ton client et tu dois assurer le bon déroulement des échanges et des projets en cours. Tu as la responsabilité de faire rentrer le chiffre d’affaires de la start-up, c’est challengeant ! Un autre aspect intéressant est lié au fait que tu participes à l’évolution de ton produit ou service. Le client te communique souvent des retours suite aux projets menés avec lui, tu les transmets au reste de ton équipe pour améliorer tes prestations futures.

Start-up ou Grand Groupe ?

L’avantage de la Startup c’est la flexibilité. C’est un type de structure ultra réactive. Si tu as une bonne idée, tu la proposes et elle peut être mise en place en quelques jours ou semaines. Cela te permet de tester des choses, de voir les résultats de tes actions super rapidement. Tu as également une vision d’ensemble sur ce qu’il se passe dans l’entreprise car la communication passe très facilement entre les différents pôles.

Enfin chez Happydemics tu as aussi une très bonne ambiance de travail, ça booste bien la motivation. On s’éclate au quotidien dans nos projets !

Quel conseil carrière donnerais-tu aux étudiants et jeunes diplômés ?

Je ne veux pas rentrer dans le cliché mais il faut « bien » choisir sa startup ! Les start-up c’est très à la mode, il y en a des tonnes mais beaucoup s’effondrent rapidement ou bien ne décollent jamais vraiment. Il faut bien cerner celle qui te semble avoir du potentiel que ça soit au niveau du management ou de la valeur ajoutée de l’offre. Il faut que le produit ou le service te plaise. Difficile de vendre quelque chose auquel tu ne crois pas ! 
Une levée de fond par exemple peut permettre d’identifier un potentiel. Ce n’est pas toujours gage de réussite mais cela peut permettre de rassurer sur certains points ! Happydemics a notamment levé 2 millions d’euros au mois de juin !


🚀 Partager l'article :