Vous êtes hors ligne

En attente de reconnexion

Zéro déchet : pourquoi et comment l'adopter au travail

L’année passée, plus que jamais, on a entendu parler de l’urgence climatique. On a vu Greta Thunberg dire “you’re not trying hard enough” devant les membres du Congrès aux Etats-Unis. On a vu les jeunes quitter leurs écoles pour sortir dans la rue protester. On a vu les marches pour le climat s’organiser mois après mois partout dans le monde. On a vu le feu ravager l’Amazonie, l’Afrique et l’Australie. On s’est senti impuissant, souvent, devant la grandeur des dégâts. On se sent découragé, parfois, face à cet environnement qui se dégrade, à ses ressources qui s’épuisent.

Et si on vous disait qu’il y avait des moyens aujourd’hui, pour devenir acteur du changement directement depuis votre lieu de travail ?

Image à la Une de l'article: Zéro déchet : pourquoi et comment l'adopter au travail

Car oui, la vie en entreprise pollue. Avant de jeter la pierre aux industries chimiques et pétrolières, et si on s'intéressait à ce qui se passe juste devant nous ?

Une entreprise consomme des matières premières, de l'énergie et de l'eau. Elle utilise de l'espace et rejette dans l'environnement des substances plus ou moins nocives et polluantes. Mais il est important de prendre également en compte l'impact de ses salariés. Selon ADEME, dans le secteur tertiaire, chaque salarié produit en moyenne entre 120 et 140kg de déchets sur son lieu de travail. Ce n'est pas rien quand on sait que presque 50% de la population active française - soit 13 millions de personnes - travaille dans des bureaux.

Alors pour limiter l'impact des entreprises et de leurs salariés sur l'environnement, pourquoi ne pas commencer par quelques petites actions simples : comme réduire sa production de déchets.

C'est le but du Zéro déchet, une démarche qui propose de revoir son mode de consommation afin d'en produire moins.

Parlons peu, parlons réglementation environnementale

Trop peu d'entreprises le savent (56% déclarent l'ignorer) mais elles sont concernées par les réglementations du Code de l'environnement pour la gestion de leurs déchets.

Parmi elles : une obligation de tri à la source, c'est-à-dire de séparation entre les différents flux de déchets, et de valorisation, c'est-à-dire de s'assurer que certains déchets seront transformés en un autre produit, matériel ou énergétique.

illustration tri et valorisation des flux de déchets

La première chose à mettre en place donc : une stratégie de tri qui soit efficace, visible et compréhensible.

Concrètement, comment faire ? Vous pouvez faire appel à un service de recyclage "clé en main", qui se charge de la mise à disposition des bacs, des outils de sensibilisation, de la collecte, du tri et du conditionnement des matières recyclables. Nous avons notamment contacté Lemon Tri, spécialistes dans ce domaine, pour qu'ils nous aident à savoir par où commencer :

  • Sensibiliser les collaborateurs aux conséquences des erreurs de tri : c'est-à-dire une moindre qualité de la matière collectée et un travail de tri (souvent manuel) à réaliser postérieurement.
  • Supprimer les poubelles individuelles et les remplacer par des îlots de tri. Ces derniers doivent être dotés d'une signalétique claire et être correctement placés dans l'entreprise afin de faciliter la compréhension des usagers et du personnel d'entretien afin que le tri soit respecté jusqu'au bout de la chaîne.

Voici également d'autres pistes pour améliorer la gestion des déchets en entreprise, que vous pouvez retrouver dans le livret des 12 actions Zéro déchet au bureau réalisé par l'association Zero Waste France :

  • Valoriser les biodéchets grâce aux processus de compostage ou de méthanisation : soit en faisant appel à un prestataire extérieur, soit en mettant en place un composteur dans l'entreprise (certains peuvent même être installés en intérieur !)
  • Installer des cendriers à l'extérieur de l'entreprise
  • Etablir un cahier des charges à destination du prestataire de ménage : afin de l'informer de la démarche zéro déchet mise en place et le former aux différents critères : matériel réutilisable, produits naturels…

Le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas

Voici le crédo du Zéro déchet : réduire les déchets à la source, et non pas simplement mieux intégrer le recyclage dans nos modes de vie. Zero Waste France l'appelle la "démarche en 4R" : Réduire, Réutiliser, Réparer et (seulement si aucune des précédentes options n'est envisageable) Recycler. Le but de la démarche Zéro déchet, c'est notamment de montrer que par des actions simples, il est tout à fait possible de réduire la quantité de déchets générés, y compris au bureau.

Une action au coeur du Zéro déchet : repenser les achats en amont, afin de trouver des alternatives aux produits jetables. Cela peut concerner les fournitures de bureau, qui peuvent être choisies en matière naturelle (crayon en bois vs. criterium en plastique) et rechargeables. Mais également tous les produits à usages uniques qui ont envahi la pause café et déjeuner : gobelets en plastique, capsules de café, emballages… Il est indispensable pour réduire la production de déchets en entreprise de se tourner vers des alternatives comme la vaisselle réutilisable (une belle gourde en inox vs. un gobelet jetable en plastique).

Les entreprises peuvent aussi choisir de se tourner vers des prestataires qui réduisent les emballages au maximum. Par exemple, Brââm - qu'on a interviewé ici - propose une gamme de fruits et de snacks aux emballages compostables ou entièrement recyclables et des machines à café en grain.

Voici d'autres pistes pour limiter les déchets au bureau :

  • Contrôler l'impression de papier : en réduisant le nombre d'imprimantes, en les paramétrant pour économiser le papier (impression recto-verso en noir et blanc), ou encore en réutilisant les feuilles imprimées comme brouillon.
  • Se tourner vers le marché de l'occasion : pour les équipements électriques, électroniques et mobiliers.

Aucune action Zéro déchet ne peut correctement se mettre en place sans l'implication de toutes les parties prenantes : c'est-à-dire tous les membres de l'entreprise, ceux des autres entreprises partageant les mêmes locaux, ainsi que le personnel d'entretien.

Une sensibilisation doit être réalisée en amont. Il est important d'expliquer pourquoi on entreprend une démarche Zéro déchet, quels sont les impacts de notre vie en entreprise actuelle sur l'environnement. Le mieux est de commencer par réaliser un bilan précis des quantités de déchets produites dans l'entreprise, et du coût économique et environnemental qu'elles impliquent. Cela permettra de justifier la démarche Zéro déchet aux yeux de votre entreprise, mais aussi d'avoir une vision claire sur les flux de déchets produits ainsi que sur les pistes d'amélioration.

Il est également important de communiquer en interne pour expliquer les actions mises en place, via une signalétique claire et compréhensible, des affiches, une charte de bonnes pratiques…

Vous hésitez encore à franchir le pas ? Voici d'autres conséquence positives de l'engagement écologique de l'entreprise :

  • Des économies : puisque l'on réduit sa consommation
  • Du bien être en entreprise : car entreprendre une telle démarche participe à fédérer les équipes autour d'un engagement commun
  • Une attractivité sur le marché de l'emploi : vu que 92% des jeunes veulent travailler pour une entreprise en accord avec leurs valeurs, et en particulier qui s'engage sur le plan social et environnemental.


sources : Zero Waste France, Livret 12 actions zero déchet au bureau. Riposte Verte, Observatoire du bureau responsable, Enquête déchet 2017. ADEME, Guide Eco Responsable. Verdura, Entreprise et Environnement.

🚀 Partager l'article :