La Relève > Informations > Business Developer : un premier point d’étape avant de monter en grade ?

Business Developer : un premier point d’étape avant de monter en grade ?

Business Developer - La Relève

PME, TPE et start-ups convoitent aujourd’hui un profil indispensable à l’évolution de leur activité : celui du business developer ! Les missions du « Bizdev » (ou Responsable Développement en français) vont bien au-delà de la simple stratégie commerciale d’une entreprise. Ce métier en plein boom incarne-t-il la consécration ultime ou n’est-il qu’une phase transitoire avant d’atteindre les sommets ? On vous donne sans plus attendre, quelques pistes de réponses, en compagnie de Clément, Key Account Manager chez La Relève


Business Developer, une dimension commerciale mais pas seulement

Tourné vers l’avenir et le devenir d’une entreprise, le Bizdev est un couteau suisse rare et précieux. Doté d’un arsenal de compétences assez costaud, il manie les stratégies commerciales à la perfection. Mais ses missions ne s’arrêtent pas là, puisqu’elles sont diverses et variées et de toucher à différents domaines ou secteurs d’activité ! 

Eh oui, un Business Developer est avant tout un « démineur de marchés ». C’est à lui d’aller chercher les opportunités là où on ne les attend pas, de booster le chiffre d’affaires (et la signature de contrats), d’un commun accord avec chaque service existant, qu’il s’agisse du pôle marketing, communication, juridique ou commercial. 

À la manière d’un puzzle (ou du 5ème élément, salut Bruce Willis), le Bizdev est LA pièce maîtresse, traquée sans relâche, puis débusquée après quelques bonnes suées, pour finalement crier victoire. Pourquoi ? Parce qu’il maîtrise l’art de la relation client, apte à tisser des liens forts et durables, basés sur la confiance mutuelle. 

La botte secrète d’un Business Developer regorge de soft skills : un sens affûté de l’écoute active, une capacité accrue à s’ouvrir sur le monde, une belle endurance pour faire face à n’importe quel genre de situation. Et surtout une remise en question indispensable pour pouvoir progresser.

Entre développement personnel et sentiment de liberté

Innovation et satisfaction client sont, depuis toujours, les critères indispensables pour permettre à n’importe quelle entité de se développer. La croissance et la création de valeur en interne comme en externe renforcent cette notion de condition sine qua none, pour rester compétitif. En ce sens, le Business Developer participe à la vision de l’entreprise. Fin stratège, négociateur dans l’âme mais également entrepreneur, il part à la conquête de nouveaux horizons, avec en ligne de mire, la création de partenariats pérennes ! 

Et qui dit Business Developer dit « Brand Ambassador ». Bien souvent, le Bizdev fait figure d’ambassadeur de marque, étant donné qu’il porte la voix et l’image d’une entreprise hors les murs. Mais la réussite et la satisfaction du travail savamment accompli ne peuvent advenir sans quelques crash tests. Les challenges font partie du job : tomber pour mieux repartir, apprendre de ses échecs, c’est aussi savoir rebondir. 

Devenir Business Developer requiert un goût prononcé ou en tout cas, un intérêt pour le contact humain et la relation à l’autre. 

  • Séquencer son temps, savoir exactement ce qu’on doit faire et à quel moment; 
  • S’affirmer et maximiser sa confiance en soi; 
  • Déceler les besoins de son client et apprendre à l’« éduquer ». 

Pas de routine, beaucoup de persévérance, voilà les clés pour pénétrer dans la jungle des Bizdev. 

Dans les coulisses du métier de Bizdev : Entretien avec Clément, Key Account Manager chez La Relève. 

Clément, Key Account Manager chez La Relève nous en dit davantage sur sa vision du métier de Business Developer et nous explique que tout dépend des choix de carrières et de la définition du projet professionnel  «Si tu veux évoluer dans le domaine commercial, il y a pas mal de chances que tu ne démarres pas par le poste de Bizdev ». Grosso modo, en amont d’un cycle de vente, se trouve le Sales Development Representative (SDR). À ce sujet, Clément précise que « ça peut paraître un peu ingrat (rires), mais au tout début, tu vas prendre ton téléphone et faire de la prospection toute la journée ».  

Afin de visualiser un cycle de vente, imaginons un arc de cercle (on les voit, ceux qui galèrent avec la géométrie). Sur ce même arc de cercle, le SDR se situe à l’avant-poste. Autrement dit, il ne va pas aux rendez-vous, ne fait aucune démonstration et ne rencontre pas les clients en personne. C’est à ce moment très précis qu’intervient le Business Developer, comme Clément nous le confirme. « Le Bizdev va se déplacer aux rendez-vous clients, c’est lui qui va négocier (…) À partir du moment où le contrat est signé, d’autres personnes vont prendre le relai et vont gérer la fidélisation. (…).»

Fatalement (sans spoilers), la fonction de Bizdev est un passage obligé pour monter en grade et obtenir un poste d’Account Executive ou de Key Account Manager. « Tu dois forcément passer par la fonction de SDR, ou avoir appris à gérer l’ensemble d’un cycle de vente de A à Z. Tu ne peux pas manager des équipes et leur demander de maîtriser des tâches que toi-même tu ne maîtrises pas (…). Suite à cette montée en grade, tu n’es plus vraiment dans la prospection, mais clairement plus dans l’humain et tu mets l’accent sur la relation client ou la gestion de compte », nous confie Clément.  

Tout compte fait, devenir Business Developer, c’est un peu comme intégrer les X-Men. Au début, on ignore tout des phénomènes de mutations. Au fur et à mesure, nos pouvoirs se révèlent pour nous permettre de devenir des Wolverine en puissance et d’accéder au niveau supérieur. Entre rite de passage et identité à part entière, le rôle du Business Developer, qui évolue au fil du temps, s’avère vital pour les entreprises à l’heure actuelle. 

Vous souhaitez vous aussi devenir Business Developer ? Venez découvrir les différentes offres que l’on vous propose.

Article précédent 7 règles d’or pour accélérer la démission de vos collaborateurs

Articles qui pourrez vous plaire

Hello.